Que signifie le budget fédéral 2018 pour vos impôts ?

 

Le budget fédéral pour 2018-2019 a été présenté le 27 février 2018 – et certains des changements signifient également des changements touchant vos impôts.

Par exemple, si vous êtes un contribuable à faible revenu, qui travaille, vous pouvez vous attendre à de plus gros remboursements dès 2019 à la suite d’une nouvelle Allocation canadienne pour le travail. Et si vous commencez à fonder une famille, les modifications apportées au programme d’assurance-emploi permettront d’obtenir cinq semaines supplémentaires de prestations lorsque les deux parents conviennent de partager le congé parental.

Voici un résumé des changements qui ont le plus d’impact sur les impôts :

La Prestation fiscale pour le revenu de travail fait peau neuve

Dès l’année d’imposition 2019, la Prestation fiscale pour le revenu de travail (PFRT) sera remplacée par l’Allocation canadienne pour le travail donnant droit à des prestations accrues. Un contribuable célibataire qui travaille dont le revenu net est d’environ 24 000 $ y sera désormais admissible (en hausse d’environ 18 800 $) tandis qu’un travailleur monoparental et les familles pourront désormais gagner un revenu de plus de 36 000 $ (au lieu de 28 975 $).

Ces changements signifient qu’une personne gagnant 15 000 $ recevrait jusqu’à presque 500 $ de plus en 2019 qu’en 2018 et l’on estime que 300 000 travailleurs supplémentaires recevront la prestation en 2019.

La composante pour personnes handicapées de la PFRT restera en vigueur, avec la prestation maximum passant à 700 $ en 2019 et le seuil d’élimination progressive étant augmenté à 24 111 $ pour les personnes célibataires sans personne à charge et à 36 483 $ pour les familles.

Le taux d’imposition pour les petites entreprises est réduit

En raison de la réduction des taux d’imposition sur les sociétés chez nos voisins du sud et du risque de résiliation de l’Accord de libre-échange nord-américain, le ministre des finances a subi des pressions pour réduire le taux d’imposition général des sociétés afin de rester compétitif. Cependant, toute réaction immédiate sur ce front a été écartée.

Cependant, le taux d’imposition des petites entreprises a été réduit de 10,5 % à 10 % dès 2018 et sera davantage réduit à 9 % dès 2019.

Annonce d’une nouvelle prestation parentale partagée d’assurance-emploi

Le budget 2018 propose une « prestation parentale partagée » supplémentaire qui permettra d’obtenir cinq semaines supplémentaires de prestations lorsque les deux parents conviennent de partager le congé parental, dans le but d’offrir plus de souplesse, surtout aux mères, qui pourront reprendre le travail plus tôt, si elles le désirent, sachant que leur famille dispose du soutien dont elle a besoin.

Des modifications supplémentaires au programme d’assurance-emploi permettront d’étendre les dispositions du programme Travail pendant une période de prestations aux prestataires de maternité et de maladie de sorte que les mères aient une plus grande souplesse dans la planification de leur retour au travail tout en gardant une plus grande portion de leurs prestations d’assurance-emploi. Ce programme pilote, qui devait à l’origine prendre fin au mois d’août 2018 a maintenant été étendu jusqu’au mois d’août 2021 et permet aux bénéficiaires de conserver 50 cents de prestations d’assurance-emploi pour chaque dollar de gains d’emploi, jusqu’à concurrence de 90 % de leurs prestations d’assurance-emploi.

Plus de frais médicaux peuvent être réclamés

Dès 2018, les contribuables souffrant d’une déficience mentale grave seront en mesure de réclamer les coûts des soins d’un animal d’assistance pour les aider à effectuer des tâches comme servir de guide à un patient désorienté, fouiller la maison d’un patient souffrant d’anxiété grave avant d’y entrer et aider un patient éprouvant des terreurs nocturnes. Toutefois, les animaux qui offrent du confort ou un soutien émotionnel, mais qui n’ont pas été spécialement formés pour effectuer les tâches ci-dessus ne seront pas admissibles.

Les individus ayant le statut d’indien nés à l’étranger sont maintenant admissibles à l’Allocation canadienne pour enfants

Lorsque l’Allocation canadienne pour enfants (ACE) a été lancée en 2016, son admissibilité a été étendue aux personnes autochtones nées à l’étranger qui vivaient au Canada sans toutefois avoir la citoyenneté canadienne ou détenir le statut de résident permanent. En vertu des règles pour l’ACE existante, ces personnes n’étaient pas admissibles. À la suite des mesures contenues dans le budget de 2018, ces mêmes contribuables pourront rétroactivement faire une demande d’ACE pour l’année d’imposition 2005 jusqu’au 30 juin 2016.

 

Si vous avez des questions sur ce que ces changements signifient pour vous, les pros de l’impôt de H&R Block demeurent toujours à votre disposition. Pour plus de renseignements, visitez l’un des bureaux de H & R Block ou en ligne à www.hrblock.ca.