Comment le fait de devenir parent affecte vos impôts


Pour aider les nouveaux parents, l’Agence du revenu du Canada (ARC) a mis en place des prestations de congé de maternité et de congé parental afin d’offrir aux personnes qui s’occupent de leur nouveau-né un soutien supplémentaire (mais toujours imposable). Toutefois, une récente enquête de H&R Block a révélé que près d’un tiers (29 %) des Canadiens étaient plus lourdement imposés qu’ils ne le pensaient pendant leur congé parental. Nouveaux parents, voici quelques éléments importants à prendre en compte.

Qui a droit aux prestations de congé de maternité et de congé parental ?

Les parents qui sont en congé parental ont droit à des prestations sous forme de versements mensuels qui les aident à subvenir à leurs besoins pendant leur absence du travail.

Pour être admissible aux prestations de maternité et aux prestations parentales de l’assurance-emploi, vous devez répondre aux critères suivants :

  • Vous êtes une personne enceinte ou avez récemment donné naissance lorsque vous demandez des prestations de maternité;
  • Vous êtes un parent qui s’occupe de votre nouveau-né ou de votre enfant nouvellement adopté lorsque vous demandez des prestations parentales;
  • Votre rémunération hebdomadaire normale a diminué de plus de 40 % pendant au moins une semaine;
  • Vous avez accumulé 600 heures d’emploi assurable au cours des 52 semaines précédant le début de votre demande ou depuis le début de votre dernière demande, selon la plus courte de ces 2 périodes.

  • Les nouveaux parents qui travaillent à leur compte doivent être inscrits au programme d’assurance-emploi depuis au moins 12 mois avant leur demande pour être admissibles, et ils doivent également avoir payé des cotisations d’assurance-emploi pendant une certaine période.

    Que vous travailliez pour une entreprise ou que vous dirigiez votre propre compagnie, les prestations de maternité peuvent commencer dès 12 semaines avant la date d’accouchement ou à partir de la date de naissance de votre enfant. Vous ne pourrez pas recevoir ces prestations plus de 17 semaines après la date d’accouchement ou la date de naissance de votre enfant.

    Les prestations parentales, en revanche, peuvent être perçues dans des délais précis après la naissance ou l’adoption de l’enfant. Les prestations parentales standard (12 semaines) représentent 55 % de la rémunération hebdomadaire moyenne assurable, jusqu’à un maximum de 573 $ en 2020. Les prestations parentales prolongées (18 semaines) représentent 33 % de la rémunération hebdomadaire moyenne assurable, jusqu’à un maximum de 344 $ en 2020.

    Lorsque vous êtes en congé, il y a un délai de quatre à six semaines avant de recevoir votre premier paiement. C’est pourquoi il est conseillé de demander des prestations parentales de l’assurance-emploi dès que vous cessez de travailler et avant d’accoucher pour obtenir des prestations de maternité. Votre employeur vous remettra alors votre relevé d’emploi, après quoi vous recevrez le montant approprié en fonction du type de congé que vous prenez.

    Comment estimer vos prestations

    Pour estimer vos prestations, vous pouvez utiliser ce calculateur ou suivre cette formule :

  • Ajoutez votre rémunération hebdomadaire de vos meilleures semaines en fonction des informations figurant sur votre relevé d’emploi (Les meilleures semaines sont celles pendant lesquelles vous avez gagné le plus d’argent)
  • Divisez ce montant par le nombre de meilleures semaines en fonction de votre lieu de résidence
  • Multipliez le résultat par 55 % pour les prestations de maternité et les prestations parentales ordinaires, par 33 % pour les prestations parentales prolongées, ou par 75 % si vous participez au Régime québécois d’assurance parentale
  • Ce montant est égal à l’estimation de vos prestations pour votre congé

  • Notez que si votre revenu familial est inférieur à 25 921 $, vous pouvez avoir droit au supplément familial.

    Comment sont imposées les prestations de congé de maternité et de congé parental ?

    Quel que soit le type de prestations que vous recevez pendant votre congé, ces prestations sont considérées comme des revenus et sont imposables. Cela comprend les prestations complémentaires de votre employeur, les prestations de maternité et parentales de l’assurance-emploi et les prestations de maternité et parentales du Régime québécois d’assurance parentale.

    Pour déterminer le montant d’impôt à retenir à la source, le gouvernement ne tient pas compte des autres revenus que vous avez pu gagner au cours de l’année. Par conséquent, si ce revenu supplémentaire n’a pas été imposé à la source, vous pourriez devoir payer des impôts supplémentaires au moment de produire votre déclaration de revenus. La bonne nouvelle, c’est que les bénéficiaires de prestations de maternité et parentales ne sont pas soumis aux règles applicables aux bénéficiaires de prestations régulières d’assurance-emploi, qui obligent les réitérants à rembourser une partie de leurs revenus si leur revenu total pour l’année dépasse 66 375 $.

    Planifier à l’avance

    Pour éviter une mauvaise surprise au moment des impôts, voici quelques mesures à prendre pour minimiser le montant des impôts que vous devez.

  • Étape 1 : Planifiez, planifiez, planifiez ! L’accueil d’un nouvel enfant dans votre vie s’accompagne d’une abondance de coûts, allant de la nourriture et des vêtements aux frais de garderie. Calculer vos revenus tout en estimant vos dépenses de garde d’enfants à venir et les déductions fiscales admissibles est un excellent moyen de vous assurer que vous suivez bien vos finances.
  • Étape 2 : Faites vos recherches. Il est important de savoir combien d’impôts votre employeur déduira de votre complément pendant votre congé (si vous en recevez un) et de mettre de côté le montant approprié pour les payer. Cela vous permettra d’éviter toute surprise ! Vous pouvez également demander à votre employeur d’augmenter les déductions fiscales avant le début de votre congé. Et s’il en déduit trop, vous les récupérerez sous forme d’un remboursement après avoir rempli votre déclaration.
  • Étape 3 : Maintenant que vous êtes informé et préparé, vous savez à quoi vous attendre et pouvez profiter pleinement de votre statut de parent, sans trop vous soucier de vos impôts !

  • Si vous avez des questions sur l’impact fiscal du fait de devenir un nouveau parent, les experts fiscaux de H&R Block sont là pour vous aider. Visitez notre site pour obtenir les dernières informations sur la façon dont nous nous mettons à votre disposition pendant la crise COVID-19 et comment nous pouvons vous servir.

    Pour un soutien supplémentaire disponible aux parents pendant COVID-19, cliquez ici.